Select Page

Tunisie : Des dizaines de migrants subsahariens expulsés de Sfax…

Tunisie : Des dizaines de migrants subsahariens expulsés de Sfax…

Après l’altercation entre migrants et habitants de Sfax, qui a causé la mort d’un Tunisien de 41 ans le 03 juillet dernier, des dizaines de migrants d’Afrique subsaharienne ont été chassés de cette grande ville côtière du centre-est de la Tunisie, où les tensions raciales se transforment en violences ciblées…

La situation continue de se dégrader dans la ville côtière de Sfax, deuxième ville de Tunisie où un autochtone de 41 ans a été mortellement poignardé lors d’une rixe avec des migrants subsahariens le 03 juillet dernier.

Après les funérailles de la victime, des Tunisiens s’en sont pris à ces derniers, et des dizaines d’entre eux ont été expulsés de force de la ville, ont indiqué des témoins mercredi. Dans plusieurs quartiers de cette grande ville, des centaines d’habitants se sont rassemblés dans la nuit de mardi à mercredi dans les rues en réclamant le départ immédiat de tous les migrants clandestins, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Sur des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, on peut voir des agents de police en train de chasser des dizaines de migrants de leur domicile sous les acclamations d’habitants de la ville, avant de les faire monter dans des voitures de la police.

Jetés des terrasses…

D’autres montrent des migrants à même le sol, les mains sur la tête, entourés par des habitants munis de bâtons qui attendaient l’arrivée de la police.

Sur la page Facebook du groupe local Sayeb Trottoir dédié à la question de l’immigration clandestine, Lazhar Neji, travaillant dans les urgences d’un hôpital de Sfax, a déploré “une nuit inhumaine […], sanglante, qui fait trembler”.

Selon lui, l’hôpital a accueilli entre 30 et 40 migrants, dont des femmes et des enfants.

“Certains ont été jetés de terrasses, d’autres agressés par des sabres”, a-t-il affirmé.

Plusieurs migrants ont été amenés par la police sur le site de la foire de Sfax dans l’attente d’être transférés ailleurs, a affirmé à l’AFP Romdane Ben Amor, responsable au Forum des droits économiques et sociaux (FTDES), une ONG qui suit les questions migratoires. Selon lui, d’autres migrants ont été conduits vers une zone proche de la frontière libyenne. Il n’était pas en mesure de préciser le nombre total des migrants expulsés de Sfax.

Psychose 

Des dizaines d’autres migrants se sont rués sur la gare ferroviaire de Sfax pour prendre des trains vers d’autres villes tunisiennes, a constaté un photographe de l’AFP.

“Les violences entre autochtones tunisiens et migrants noirs africains ne cessent de s’intensifier à Sfax, créant de nouveau une psychose chez ces derniers migrants”, a écrit sur Facebook Franck Yotedje, directeur de l’association Afrique Intelligence, qui œuvre pour la défense des droits des migrants.

“L’une des missions régaliennes de l’État est la protection des personnes et de leurs biens. Les autorités tunisiennes doivent assurer la sécurité des résidents de Sfax, tunisiens et étrangers”, a-t-il ajouté.

Mais comment espérer une telle action des autorités tunisiennes, lorsqu’on sait qu’après la mort du tunisien, la vidéo de son agression a été rapidement relayée par un député, Tarek Mahdi.

Affirmant alors que les assaillants étaient “Africains”, l’élu a déclaré qu’il fallait  que “les gens se bougent”...  

La rédaction (avec AFP)

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This