Select Page

Nigeria : 18 candidats en lice pour succéder à Muhammadu Buhari…

Nigeria : 18 candidats en lice pour succéder à Muhammadu Buhari…

La campagne électorale s’ouvre ce mercredi 28 septembre 2022 au Nigeria, où 18 candidats sont en lice pour succéder à Muhammadu Buhari. Après deux mandats, le président sortant, âgé de 79 ans, ne se représentera pas aux prochaines élections prévues le 25 février 2023…

À cinq mois du scrutin présidentiel, le Nigeria a lancé la campagne électorale ce mercredi 28 septembre 2022.

Une période au cours de laquelle les 18 candidas en lice – dont une femme –  devront convaincre les électeurs de les porter leurs choix le 25 février 2023, date du premier tour desdites élections. 

Si la course s’annonce serrée entre ces différents candidats – alors que le président Muhammadu Buhari a annoncé qu’il ne se représentera pas après deux mandats – deux d’entre eux font néanmoins office de favori.

Il s’agit d’Atiku Abubakar du Parti démocratique populaire (PDP) et de Bola Ahmed Tinubu du Congrès progressiste (APC), parti au pouvoir.

Cependant, ces deux richissimes septuagénaires demeurent controversés dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

La question de l’alternance Musulman – Chrétien….

D’abord, parce qu’ils sont tous les deux musulmans, et dont l’élection de l’un comme de l’autre ferait voler en éclat le principe d’alternance qui voudrait qu’à un président du Nord, majoritairement musulman, succède un président du Sud, majoritairement chrétien.

Une règle tacite qui vise à maintenir l’équilibre dans un pays qui, avec plus de 250 groupes ethniques, est régulièrement en proie à des tensions communautaires. 

Ensuite, ces deux candidats sont issus de la vieille classe politique accusée par la jeunesse nigériane (près de 60% de la population) de corruption et de mauvaise gouvernance. En effet, le pays fait face à une insécurité quasi généralisée, accentuée par un marasme économique où pénuries d’essence et d’électricité importunent les populations. 

Un outsider ?

Un contexte préoccupant qui pourrait profiter à un troisième candidat, en l’occurrence Peter Obi, du parti travailliste.

Cet ancien gouverneur est très populaire auprès des jeunes et bénéficie de nombreux soutiens sur les réseaux sociaux. Mais ce succès médiatique pourra-t-il se traduire en votes, dans un pays où le taux de participation  – surtout des jeunes – est généralement très faible (33% en 2019) ?

Quoi qu’il en soit, “le scrutin de 2023 ne sera pas une course à deux candidats”, a ainsi déclaré le professeur Dabo Thomas de l’Université de Lagos…

La rédaction

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This