Select Page

RDC : Découverte d’une nouvelle espèce de poisson dans le bassin du congo, le Clarias Monsembulai…

RDC : Découverte d’une nouvelle espèce de poisson dans le bassin du congo, le Clarias Monsembulai…

Une nouvelle espèce de poisson-chat à respiration aérienne a été découverte dans les eaux du bassins du Congo, précisément en bordure du Parc national de la Salonga en République démocratique du Congo (RDC). Il s’agit du Clarias Monsembulai, du nom du professeur qui l’a découvert, le docteur Raoul Monsembula…

Il vient s’ajouter aux quelques 1 250 espèces de poissons qu’on retrouve dans les eaux douces du bassin du Congo.

En effet, le Clarias Monsembulai, poisson-chat de taille moyenne avec des grandes moustaches, vient d’être découvert dans les affluents du fleuve Congo, à l’intérieur et en bordure du Parc national de la Salonga en République démocratique du Congo (RDC) par le Dr Raoul Monsembula, professeur de biologie à l’Université de Kinshasa et coordinateur régional de Greenpeace en Afrique centrale.

D’ailleurs, c’est en son honneur que le poisson a ainsi été baptisé, alors qu’au départ, son équipe et lui était loin de s’imaginer une telle prouesse.

“Cela nous arrive souvent de trouver des choses bizarres. Il a fallu que l’on arrive à New York et qu’il y ait une véritable agitation autour de ce poisson pour que je réalise que c’était bien une nouvelle espèce”, a-t-il notamment confié à Rfi

60 espèces dans le monde…

Le Clarias Monsembulai, qui est une espèce de poisson-chat à respiration aérienne, est le dernier ajout d’une biodiversité de plus en plus menacée dans le monde. 

“Il fait partie du genre Clarias des poissons-chats à respiration aérienne, connu dans toute l’Afrique et l’Asie tropicale avec 60 espèces actuellement reconnues, dont 31 sont endémiques des eaux douces africaines”, a noté l’ONG environnementale internationale Greenpeace.

Il convient donc de la protéger, tout comme il faut protéger toutes les 400 espèces de mammifères et autres 1 000 espèces d’oiseaux que regorgent le bassin du Congo.

“La richesse biologique de la forêt tropicale du bassin du Congo dépasse notre imagination, il est donc difficile d’imaginer à quelle vitesse nous la détruisons. Pour être un scientifique africain aujourd’hui, il faut aussi être un activiste africain – afin d’empêcher que toutes ces espèces connues et encore inconnues ne disparaissent”, a déclaré le Dr Monsembula.

La Rédaction

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This