Select Page

Mali : Le colonel Assimi Goïta fixe ses conditions pour libérer les 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako…

Mali : Le colonel Assimi Goïta fixe ses conditions pour libérer les 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako…

Lors d’un entretien avec le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, ce vendredi 09 septembre 2022, le président du conseil de transition malien, le colonel Assimi Goïta, a dévoilé ses conditions pour la libération des 46 soldats ivoiriens restants, arrêtés à Bamako depuis le 10 juillet 2022 : L’extradition de certaines personnalités politiques maliennes en exil sur le sol ivoirien, et  “faisant l’objet de mandats d’arrêt internationaux émises par la justice”…

La Côte d’ivoire en sait un peu plus sur ce qu’elle devra faire pour voir ses 46 soldats retourner au pays, après leur interpellation au Mali depuis le 10 juillet dernier.

En effet, si 03 de ces militaires (des femmes) ont été libérées le 03 septembre 2022 pour des “raisons humanitaires”, la libération du reste du contingent reste conditionnée aux exigences formulées par le colonel Assimi Goïta.

En effet,  à l’occasion de l’audience qu’il a accordée ce vendredi 09 septembre 2022 au ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, le chef de la junte au pouvoir à Bamako a évoqué le sujet, réclamant une “nécessaire contrepartie” de la part des autorités ivoiriennes.

La “nécessaire contrepartie”

“Au moment où la Côte d’Ivoire demande la libération de ses soldats, (elle) continue de servir d’asile politique pour certaines personnalités maliennes faisant l’objet de mandats d’arrêt internationaux émis par la justice. Ces mêmes personnalités bénéficient de la protection de la Côte d’Ivoire pour déstabiliser le Mali, d’où la nécessité d’une solution durable à l’opposé d’une solution à sens unique qui consisterait à accéder à la demande ivoirienne sans contrepartie pour le Mali “, a-t-il déclaré.

L’auteur du putsch du 24 Mai 2021 fait allusion ici à certains anciens dignitaires du régime du président Ibrahim Boubacar Keita dit IBK, renversé par un coup d’état en 2020.

Il s’agit notamment de son dernier premier ministre Boubou Cissé, des anciens ministres Thiéman Hubert Coulibaly et Mamadou Igor Diarra, de l’ex directeur de la Banque malienne de solidarité (BMS-SA) Babaly Bah et enfin de son fils, Karim Keïta.

Un marché “inacceptable”…

Poursuivis par la justice malienne après le putsch de 2020, ces derniers ont tous trouvés refuge en Côte d’Ivoire, qui refuse pour l’instant de les extrader.

En effet, à Abidjan, où on privilégie la voie diplomatique pour régler définitivement ce conflit, cette demande du colonel Assimi Goïta a été jugée “d’inacceptable”.

C’est une prise d’otage qui ne restera pas sans conséquence. Notre position est claire: ce marché est inacceptable. Nous privilégions toujours la solution diplomatique. Il faut éviter la politique du pire“, a affirmé à l’AFP une source proche de la présidence ivoirienne. 

Guy Sandy

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This