Select Page

Santé : L’allaitement maternel, cette priorité de santé en Afrique prise en otage par le lobbying des produits laitiers…

Santé : L’allaitement maternel, cette priorité de santé en Afrique prise en otage par le lobbying des produits laitiers…

Du 1er au 07 août 2022 a été célébrée la Semaine mondiale de l’allaitement maternel (SMAM) 2022. Une occasion pour des organisations et associations du monde entier de soutenir, d’encourager et de protéger cette pratique indispensable pour la santé et la survie des enfants, mais de plus en plus menacée par le lobbying des laitiers…

C’est un aliment essentiel dont dispose toutes les mères, indépendamment de leur statut social, culturel et financier. Un aliment sûr, propre, qui contient  tous les nutriments dont le nourrisson a besoin pendant les 6 premiers mois de sa vie. Et pourtant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef)  ont été obligés, en août 1990,  de lui consacrer toute une semaine…

Le lait maternel : Réservoir de nutriments

En effet, l’allaitement maternel, moyen le plus efficace de préserver la santé et d’assurer la survie de l’enfant, reste une priorité de santé surtout en Afrique, où environ 05 millions d’enfants meurent chaque année de malnutrition infantile.

“Le lait maternel est constitué à 88 % d’eau. Il contient tous les nutriments et anticorps indispensables à la santé et au développement du nourrisson”, rappelait en 2020 Adelheid Onyango, conseillère en nutrition au bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

Selon l’OMS, les enfants qui ont été allaités au sein “obtiennent de meilleurs résultats aux tests d’intelligence et souffrent plus rarement de surpoids, d’obésité ou de diabète par la suite. En outre, les femmes qui allaitent présentent un risque moins élevé de développer un cancer du sein ou des ovaires”.

Les experts de santé recommandent à cet effet l’allaitement exclusif dès l’heure qui suit la naissance du bébé, et ce jusqu’à 06 mois. Ils ne devront absorber aucun autre aliment ou liquide, pas même de l’eau…

Les substituts du lait maternel : Un danger commercialisé…

Malheureusement, “près de 02 nourrissons sur 03 ne sont pas allaités exclusivement au sein pendant les 6 premiers mois de la vie comme cela est recommandé – un taux qui ne s’est pas amélioré en vingt ans”, constate l’OMS.

La faute, à certaines pratiques sociales et culturelles présentes sur le continent, où l’on administre généralement  au nouveau-né des décoctions censées le protéger ! Mais le lobbying pernicieux des laitiers, qui véhiculent des messages en faveur du lait en poudre, mettent à rude épreuve les  efforts déployés pour améliorer les taux et la durée de l’allaitement maternel.

Il faut donc sensibiliser sur la dangerosité des substituts du lait maternel. Pour cela, l’OMS a adopté un Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, appelé NetCode. Ce dernier veille à ce que ces substituts ne soient pas commercialisés de manière inappropriée.

De plus, l’agence onusienne propose des cours de formation destinés aux agents de santé afin qu’ils soient en mesure de fournir un appui qualifié aux mères allaitantes…

Guy Sandy

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This