Select Page

Burkina Faso : Condamné à perpétuité, Blaise Compaoré est retourné au pays…libre !

Burkina Faso : Condamné à perpétuité, Blaise Compaoré est retourné au pays…libre !

L’ex-président burkinabé, Blaise Compaoré, est retourné au pays ce jeudi 07 juillet 2022 où il devra notamment s’entretenir avec le président de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, et les anciens présidents du pays. Mais ce retour divise au sein de l’opinion nationale, car l’ancien dirigeant a récemment été condamné à perpétuité dans l’affaire de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara…

La dernière actualité associée à son nom n’était guère reluisante. Elle concernait notamment l’affaire de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara, en 1987, et Blaise Compaoré, alors en exil en Côte d’Ivoire, avait été condamné par coutumace et à perpétuité  par la justice burkinabé pour “complicité d’assassinats” et “attentat à la sûreté de l’État”.

C’est donc le prisonnier et non l’homme politique qui a fait son retour ce jeudi 07 juillet 2022 à Ouagadougou. Libre…

En effet, invité par la junte militaire dirigée par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, Blaise Compaoré devra participer, aux côtés d’anciens chefs d’états du pays, à une réunion pour “accélérer la réconciliation nationale” face aux attaques jihadistes qui ensanglantent le Burkina Faso depuis 2015.

Mais cette rencontre, censée “mutualiser les énergies et les synergies (…) pour lutter efficacement contre la tragédie qui nous frappe”, selon le porte-parole du gouvernement, interpelle. 

Un retour qui fait polémique

Si les autorités de transition ont tôt fait d’annoncer que “cette rencontre importante pour la vie de la Nation n’entrave pas les poursuites judiciaires engagées contre certains”, la polémique ne cesse d’enfler, due à la présence, en toute impunité, de Blaise Compaoré sur le sol burkinabé.

“La réconciliation ne saurait être une prime à l’impunité. En quoi la consécration de l’impunité sert-elle la lutte contre le terrorisme?” s’interroge à ce sujet le chercheur Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, directeur du groupe de réflexion Free Afrik.

Pour les avocats et ayant droits des victimes, l’ex-locataire de Kosyam doit être purement et simplement arrêté. 

“Ce serait une forfaiture si Blaise Compaoré venait au Burkina Faso et en repartait allègrement. Cela voudrait dire que dans notre pays, il n’y a plus ni justice ni loi”, estimait Bénéwende Stanislas Sankara, un des avocats de la famille Sankara

La justice discréditée ?

Pour Souleymane Ouédraogo, membre de la coordination nationale du Balai citoyen, c’est l’ensemble de la justice burkinabé qui est en tain d’être ainsi discréditée. 

“C’est un scénario pitoyable auquel nous sommes en train d‘assister, qui remet en cause tout ce qu’on a construit depuis huit ans pour faire ne sorte que l’État de droit prenne racine au Burkina Faso. Désormais, la justice est discréditée. La réconciliation ne se décrète pas, elle ne s’impose pas”, s’est-il insurgé au micro de Rfi

Cependant, d’autres voix estiment qu’après 27 ans de règne, la longue expérience de Blaise Compaoré, 71 ans, devrait être capitalisée.

Il connaît d’une manière ou d’une autre des stratégies pour contrer les groupes armés terroristes”, a déclaré à l’AFP, Eddie Komboïgo, le président du CDP.

Guy Sandy

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This