Select Page

Cameroun : Tomber enceinte au Lycée n’est plus synonyme d’exclusion.

Cameroun : Tomber enceinte au Lycée n’est plus synonyme d’exclusion.

Dans une circulaire signée le 22 avril 2022, la ministre des enseignements secondaires du Cameroun, Pauline Nalova Lyonga, instruit de nouvelles modalités de prises en charge des grossesses dans les établissements scolaires. Elle y proscrit notamment l’exclusion automatique de ces élèves enceintes…

Tomber enceinte au Lycée n’est plus synonyme d’exclusion au Cameroun.

En effet, dans une circulaire signée le 22 avril 2022 par la Ministre des Enseignements Secondaires, Pauline Nalova Lyonga, cette disposition -vieille de 1980- est purement et simplement annulée.

Mieux, les nouvelles modalités contenues dans cette circulaire sécurisent non seulement la scolarité de la jeune élève enceinte, mais visent à dynamise leur prise en charge psychologique. 

“Permettre, le cas échéant, l’élève dûment reconnue enceinte de poursuivre les activités scolaires jusqu’à la 26e semaine de grossesse, période à compter de laquelle elle peut demander à être mise en congé de maternité. Autoriser l’élève à reprendre les cours après son accouchement…”, peut-on lire dans cette circulaire. 

Des sanctions contre les enseignants…

Auparavant, toute élève reconnue enceinte était immédiatement exclue de l’établissement scolaire. Une mesure discriminatoire à l’endroit de ces élèves futures mères, estime la ministre. 

“Cette pratique qui accentue les déperditions scolaires chez les élèves-filles, porte en faux aux orientations du gouvernement en matière du maintien scolaire de tous les élèves sans discrimination, la prise en compte de l’approche genre, ainsi que la lutte contre l’exclusion des couches sociales vulnérables ”, précise-t-elle.

En revanche, si les élèves-auteurs de ces grossesses bénéficient des mêmes mesures d’assouplissement, les enseignants, eux, seront sévèrement punis.

En effet, la ministre recommande de “prendre les mesures disciplinaires en vigueur à l’encontre de l’enseignant et autres personnels d’encadrement, reconnus auteurs de la grossesse de l’élève ”, lit-on.

La nouvelle mesure est diversement appréciée au sein de la communauté éducative au Cameroun. Pour les uns, c’est la porte ouverte au dévergondage en milieu scolaire, tandis que pour d’autres, c’est une tentative de résolution d’un problème de société…

Guy Sandy

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This