Select Page

Mali : Avec le projet STAMP+, les éleveurs pasteurs sont plus résilients face aux défis des changements climatiques…

Mali : Avec le projet STAMP+, les éleveurs pasteurs sont plus résilients face aux défis des changements climatiques…

Au Mali, le projet STAMP+, suite du projet STAMP (Sustainable Technology Adaptation for Mali’s Pastoralists) lancé en 2015, a permis de renforcer la résilience des éleveurs pasteurs, dans leur quête de pâturages, rendus rares par les changements climatiques.

C’est un projet futuriste lancé en 2015 au Mali. Dénommé STAMP (Sustainable Technology Adaptation for Mali’s Pastoralists), il a été financé dans sa phase expérimentale (2015 – 2018) par l’Agence Spatiale Néerlandaise (NSO), et a atteint plus de 55 000 utilisateurs. Des éleveurs pasteurs principalement, dont ce programme a nettement amélioré la résilience face aux défis des changements climatiques.

Adapté aux besoins des décideurs

Car le projet STAMP fournit un service adapté aux besoins des décideurs en matière de prise de décisions, leur donnant plus de prévisibilité pour la migration de leur troupeau.

Il permet notamment aux utilisateurs d’accéder en temps réel à des informations fiables sur :

  1. La disponibilité de la biomasse ;
  2. La qualité de la biomasse ;
  3. La disponibilité des eaux de surface ; 
  4. La concentration de bétail et les prix sur les marches et long des axes de transhumance.

Le 2ème cheptel d’Afrique de l’Ouest

Au vu du succès fulgurant observé, le projet est entré dans une seconde phase d’extension de 03 ans (2019 – 2021), dénommé STAMP+. Une nouvelle phase étendue aux régions de Kidal, Mopti et Tombouctou en plus de celles de Gao et Ménaka. 

A terme, les résultats attendus du projet seront de réduire la mortalité du bétail (d’au moins 10%). De plus, la productivité du bétail sera améliorée de 10%, augmentant les revenus  issus de leur vente.

En rappel, le pastoralisme est une activité très ancienne au Mali, et dans la plupart des pays du Sahel. D’ailleurs, le pays compte le 2e cheptel de l’Afrique de l’Ouest après le Nigeria. Malheureusement, les éleveurs se déplaçaient régulièrement en fonction des saisons, à la recherche des points d’eaux pour leur bétail. 

Guy Sandy

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This