Select Page

SENEGAL – Cheick Anta Diop : Quel héritage, 36 ans après sa mort ?

SENEGAL – Cheick Anta Diop : Quel héritage, 36 ans après sa mort ?

Il y a 36 ans, plus exactement le 07 février 1986, disparaissait dans son sommeil, foudroyé par une crise cardiaque, le professeur Cheick Anta Diop. Retour sur l’héritage de cet intellectuel pluridisciplinaire, dont les travaux, consacrés à la mise en valeur du continent africain, auront contribué de manière fondamentale à la conscience de la civilisation noire…

Il fut certainement l’un des plus grands savants que l’Afrique ait connu. Scientifique, Historien, anthropologue, linguiste, philosophe, égyptologue.

En effet, il est difficile de trouver une casquette qui sied exclusivement au Professeur Cheick Anta Diop, tant il était doté d’une curiosité intellectuelle à nulle autre pareille.

Né le 29 décembre 1923 à Thieytou dans la ville de Bambey, à 122 km de Dakar, la capitale sénégalaise, Cheick Anta Diop est d’origine aristocratique wolof. Titulaire de deux baccalauréats à 22 ans (en mathématiques et en philosophie), il obtient deux doctorats en 1960 à la Sorbonne. L’un en sciences sociales et l’autre en ès lettres, avec la mention honorable.  

Le point de départ : Nations nègres et cuture 

“Je veux rentrer définitivement en Afrique noire. Et j’essaierai de contribuer à l’impulsion de la recherche scientifique, aussi bien dans le domaine des sciences humaines que dans le domaine des sciences exactes”, promit-il après cette soutenance qui avait duré près de 07 heures. 

De retour donc au Sénégal, il exercera comme Maître de conférences à l’Université de Dakar, où il sera élevé au grade de Professeur en 1981. Mais l’homme s’était auparavant fait connaitre sur l’échiquier intellectuel mondial avec la publication, en 1954, d’un livre, sous forme de thèse : Nations Nègres et Culture.

SENEGAL - Cheick Anta Diop : Quel héritage, 36 ans après sa mort ?

Nations nègres et culture

Dans cet ouvrage, l’auteur y fait la démonstration que la civilisation de l’Egypte ancienne était négro-africaine. Un livre si révolutionnaire à l’époque, que peu d’intellectuels africains y adhéreront. 

Le colloque du Caire

Ce n’est que vingt ans plus tard, lors du fameux colloque du Caire, que ses théories seront acceptées. En effet, le colloque du Caire, organisé sous l’égide de l’Unesco en 1974, marque une étape importante dans l’historiographie africaine.

Pour la première fois, des experts africains, sous la conduite de Cheick Anta Diop, confrontent les résultats de leurs recherches dans le domaine de l’égyptologie avec leurs homologues du reste du monde. Grâce à ses travaux et exposés lors de ces assises, l’historicité des sociétés africaines, l’antériorité de l’Afrique et l’africanité de l’Egypte, ne sont plus discutées de nos jours. 

Quoique controversé, le chercheur est resté inflexible sur un point : l’Afro-centrisme. “L’humanité a pris naissance en Afrique. Car c’est ici qu’on retrouve représentés tous les spécimens d’hommes fossiles”, aimait-il déclarer. 

Aujourd’hui…

De cet intellectuel intègre, véritable restaurateur de la conscience historique du monde nègre, que reste-t-il ? Ses ouvrages, bien sûr, intemporels.

L’Université de Dakar a été baptisée Université Cheick Anta Diop (UCAD) en 1987. En 2008, un mausolée perpétuant sa mémoire a été inauguré à Thieytou, son village natal où il repose. Ce mausolée figure d’ailleurs sur  la liste des sites et monuments classés du Sénégal. À Paris, une plaque commémorative lui rend hommage au 31 rue des Écoles (5e arrondissement de Paris). Elle indique notamment :Cheikh Anta Diop (1923-1986), savant et homme politique africain, écrivit ici Nations nègres et Culture. Hommage de l’Afrique”.

SENEGAL - Cheick Anta Diop : Quel héritage, 36 ans après sa mort ?

Plaque_Cheikh_Anta_Diop,_31_rue_des_Écoles,_Paris_5e

Cependant, au regard de l’immensité de la tâche du chercheur, toutes ces actions s’avèrent bien maigres. Surtout sur le continent africain, dont les stigmates de la colonisation sont encore visibles. Et dont seule une appropriation de sa pensée pourra “désaliéner” la jeunesse africaine. Ou lui permettre, tout au moins, de questionner la place qu’occupe l’africain, dans ce monde.

“Il ne faut négliger aucun domaine de la connaissance. Armez-vous de science jusqu’aux dents et allez arracher sans ménagement le bien culturel africain“, disait Diop. Une tâche pourtant pas impossible…

Œuvres célèbres

  • Nations nègres et cultures, Paris, Présence Africaine, 1954.
  • Antériorité des civilisations nègres : mythe ou vérité historique ?, Paris, Présence Africaine, 1967.
  • Civilisation ou barbarie, Paris, Présence Africaine, 1981.

  Guy Sandy

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This