Select Page

BURUNDI : EN PRISON DEPUIS 2018, GERMAIN RUKUKI VOIT SA PEINE RÉDUITE DE 32 ANS À 01 AN !

BURUNDI : EN PRISON DEPUIS 2018, GERMAIN RUKUKI VOIT SA PEINE RÉDUITE DE 32 ANS À 01 AN !

BURUNDI : EN PRISON DEPUIS 2018, GERMAIN RUKUKI VOIT SA PEINE RÉDUITE DE 32 ANS À 01 AN !

Condamné à 32 ans de prison en 2018, Germain Rukuki a vu sa peine réduite à un an ce lundi 21 juin 2021, par la Cour d’Appel de Ntahangwa, au Burundi. 

BURUNDI : EN PRISON DEPUIS 2018, GERMAIN RUKUKI VOIT SA PEINE RÉDUITE DE 32 ANS À 01 AN !Germain Rukuki avait été condamné le 26 avril 2018, par le Tribunal de grande instance de Ntahangwa. Les charges retenues contre ce fervent défenseur des droits humains étaient alors : “mouvement insurrectionnel, atteinte à la sûreté intérieure de l’État et rébellion”. Une condamnation prononcée notamment suite à sa participation dans les manifestations contre la candidature controversée à un troisième mandat du défunt président Pierre Nkurunziza, en 2015. 

Cependant, cette peine avait été invalidée par la Cour Suprême du Burundi en juin 2020, car il n’avait pas été préalablement auditionné par les juges avant cette sentence. Cette dernière avait alors requis un réexamen du dossier. C’est ainsi que Germain Rukuki avait été rejugé, et le verdict est tombé ce lundi 21 juin 2021, réduisant sa peine à un an de prison et à une amende de 20 euros, pour “rébellion”.

Un sentiment mitigé

Nous nous réjouissons de sa libération”, s’est félicité Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.  Toutefois, il a fait savoir qu’un “système judiciaire vraiment juste et impartial aurait dû l’acquitter de toutes les charges et ordonner qu’il reçoive une compensation pour le temps passé injustement en prison”. Un sentiment mitigé donc, partagé par des organisations de la société civile. Celles-ci, à l’instar de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (FIDH-OMCT), estimaient en effet que “cette condamnation n’était qu’un acte de représailles contre les activités pacifiques et légitimes de défense des droits humains de Germain Rukuki”.  

Par ailleurs, cette décision, intervenue juste après une rencontre entre le président burundais Évariste Ndayishimiye et l’ambassadeur de l’Union européenne dans le pays, Claude Bochu, revêt un caractère politique. Car tout en saluant “les évolutions positives initiées par le président de la République en termes de bonne gouvernance, d’Etat de droit et des droits de l’homme”, Claude Bochu a annoncé que les sanctions budgétaires imposées en 2015 contre le Burundi étaient en voie d’êtres révoquées.  

Guy Sandy

gsandy@wihianews.com

   

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This