Select Page

TANZANIE : LA NOUVELLE APPROCHE DE LA PRÉSIDENTE SAMIA SULUHU HASSAN.

TANZANIE : LA NOUVELLE APPROCHE DE LA PRÉSIDENTE SAMIA SULUHU HASSAN.

TANZANIE : LA NOUVELLE APPROCHE DE LA PRÉSIDENTE SAMIA SULUHU HASSAN.

Depuis son arrivée au pouvoir en Tanzanie, Samia Suluhu Hassan semble avoir tourné le dos à la gestion de son prédécesseur, sur de nombreux sujets.

C’est assurément une nouvelle ère qui s’ouvre en Tanzanie. En effet, la nouvelle présidente de cet état d’Afrique de l’Est, Samia Suluhu Hassan, est résolument décidé à tourner le dos à la gestion de son prédécesseur, John Magafuli, décédé le 17 mars 2021. 

Tout d’abord sur la gestion de la pandémie de la Covid-19. La nouvelle présidente a amorcé un changement de cap, estimant qu’il “n’était pas bon” de l’ignorer, comme le faisait Magafuli. “Il n’est pas bon de l’ignorer. Nous ne pouvons le rejeter ou l’accepter sans les conclusions de la recherche”, a t-elle déclarée lors de la cérémonie d’investiture des membres du gouvernement, le 06  avril 2021. Si elle estime que son pays ne “peux pas tout accepter les yeux fermés”, elle a néanmoins affirmée : “Nous ne pouvons pas non plus nous isoler, comme si nous étions une île, tandis que le monde avance dans une toute autre direction”.  L’ancienne vice-présidente compte désormais s’appuyer sur les conseils des experts scientifiques, avant de pouvoir prendre une décision.

Plus de liberté pour les médias

L’autre point de démarcage de Samia Hassan concerne les droits de la presse. Elle a ordonné ce même jour, la réouverture des médias locaux fermées par Magafuli. “On m’a dit que vous [régulateur des médias, Ndlr] avez révoqué les licences de certains médias, y compris celles de certaines chaînes de télévision en ligne. Vous devez lever les interdictions, mais leur dire de suivre la loi et les directives du gouvernement. Ne leur donnons pas l’occasion de dire que nous limitons la liberté de la presse”, a déclaré la présidente, tout en affirmant : “Nos textes de loi devraient être clairs sur les délits et leur punition. Nous ne devrions pas recourir à la force pour fermer des médias” , a t-elle précisée. 

Une aubaine pour les défenseurs des libertés de la presse. “C’est un nouvel espoir, car nous savons tous que certains médias ont été suspendus parce qu’ils étaient accusés d’enfreindre la loi et les règlements. Nous pensons qu’avec la déclaration de la présidente, nous allons avoir la liberté d’assumer nos responsabilités conformément aux lois et aux règlements”, s’est réjouie Salome Kitomari de l’Institut des médias d’Afrique australe (MISA).

Guy Sandy

gsandy@wihianews.com

About The Author

Guy Sandy

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This