Select Page

MOZAMBIQUE : LA VILLE DE PALMA PROGRESSIVEMENT SÉCURISÉE.

MOZAMBIQUE : LA VILLE DE PALMA PROGRESSIVEMENT SÉCURISÉE.

MOZAMBIQUE : LA VILLE DE PALMA PROGRESSIVEMENT SÉCURISÉE.

La ville portuaire de Palma au Mozambique, tombée aux mains des djihadistes depuis deux semaines, est progressivement sécurisée par les forces de l’ordre.

La situation revient progressivement sous contrôle à Palma, ville portuaire du Mozambique, tombée aux mains des djihadistes le 24 mars 2021. Cette attaque, revendiquée par le groupe armé Al Chabab, a fait des dizaines de morts et plusieurs milliers de déplacés, transformant cette cité de 75 000 habitants en ville-fantôme.

Situation sous contrôle ou Propagande ? 

Mais ce lundi 05 avril 2021, les autorités ont annoncé avoir repris le contrôle de la situation. “Nous avons terminé le nettoyage (de la ville). C’était la seule zone sensible que nous devions nettoyer (…) c’est totalement sûr”, a déclaré le porte-parole de l’armée, Chongo Vidigal. Plusieurs terroristes ont en effet été abattus, comme l’a confirmé devant les journalistes le commandant des opérations militaires à Palma. “Ce n’est pas encore terminé (…) mais un nombre important de terroristes ont été abattus”, a t-il déclaré. 

Un optimisme qui n’est malheureusement pas partagé par la société civile. “Le gouvernement du Mozambique essaie toujours de faire passer l’image d’une situation sous contrôle. Le fait que des officiers ou des détenteurs de l’autorité publique, comme le gouverneur, affirment que les habitants pourront revenir. C’est plutôt un discours de propagande….”, a déploré Edson Cortez, de l’ONG Centro de Integridade Publica.

Un sommet extraordinaire de la Communauté de développement de l’Afrique Australe (SADC), qui regroupe le Botswana, le Malawi, le Mozambique, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et le Zimbabwe est prévu jeudi à Maputo pour discuter d’une réponse régionale à cette crise sécuritaire, qui a déjà fait environ 11 000 déplacés, selon l’ONU.

Un cauchemar pour les rescapés

MOZAMBIQUE : LA VILLE DE PALMA PROGRESSIVEMENT SÉCURISÉE.Ces derniers, ayant vécu un véritable cauchemar lors de ce raid, racontent. “Je ne sais pas si j’oublierai un jour. J’avais perdu tout espoir de vivre, je n’ai jamais autant couru”, raconte à l’AFP, une femme d’une trentaine d’année, désormais en sécurité à Pemba, capitale de la province du Cabo Delgado.

“Ma femme et mon fils étaient à la maison. Les rebelles sont arrivés, ils les ont capturés et emmenés”, témoigne à son tour Morasse Ali, 26 ans, s’étant également tiré après 04 jours passés en brousse, sans manger ni boire. D’autres n’ont pas eu cette chance, et ont “succombé à la faim, la soif et aux quatre ou cinq jours de marche à travers la brousse”, explique Amparo Villasmil de Médecins sans frontières (MSF).

Guy Sandy

gsandy@wihianews.com

About The Author

Guy Sandy

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This