Select Page

MAROC : ZAINAB FASIKI UTILISE LA BANDE DESSINÉE POUR DÉFENDRE LES FEMMES VICTIMES DE VIOL.

MAROC : ZAINAB FASIKI UTILISE LA BANDE DESSINÉE POUR DÉFENDRE LES FEMMES VICTIMES DE VIOL.

MAROC : ZAINAB FASIKI UTILISE LA BANDE DESSINÉE POUR DÉFENDRE LES FEMMES VICTIMES DE VIOL.

Zainab Fasiki, 26 ans, est une jeune illustratrice et féministe marocaine qui utilise ses œuvres pour défendre les femmes victimes de viol.

Ses œuvres parlent de discrimination et de violences basées sur le genre. Des bandes dessinées vendues à prix symboliques, qui portent sur l’éducation sexuelle. Zainab Fasiki, pionnière de la bande dessinée féministe au Maroc, est “devenue féministe à l’âge de 14 ans, à l’arrivée des hormones”, lorsqu’elle constate que dans son pays, “être une femme est un péché”.

“Je suis devenue féministe à l’adolescence, à 14 ans, là j’ai réalisé que les hommes corrigeaient les femmes, gardaient toujours un œil sur nous, qu’ils nous traitaient comme des êtres irresponsables.”, déclare t-elle.

#TaAnaMeToo

MAROC : ZAINAB FASIKI UTILISE LA BANDE DESSINÉE POUR DÉFENDRE LES FEMMES VICTIMES DE VIOL.Elle s’est fait connaître, sur les réseaux sociaux notamment, grâce à son crayon. Dessinatrice, “l’artiviste”, comme elle se définit, a illustré pour la websérie #TaAnaMeToo, le témoignage pénible d’une Marocaine de 22 ans, violée pendant des années par son frère, dans l’indifférence totale de ses parents.

Son album Hshouma (La Honte), publié en 2019, est une BD pédagogique sur la sexualité et le corps féminin, qui explique “tout ce que l’on n’apprend ni en famille, ni à l’école”. Elle y apprend que “ce qui est honteux, ce n’est pas le corps des femmes mais plutôt le regard de ceux qui n’y voient qu’un objet”.

MAROC : ZAINAB FASIKI UTILISE LA BANDE DESSINÉE POUR DÉFENDRE LES FEMMES VICTIMES DE VIOL.“Certaines féministes pensent que dessiner le corps féminin nu ne sert pas la cause, moi je trouve que c’est une révolution, une résistance face à une histoire basée sur le patriarcat”, martèle-t-elle.

Tout n’a pas pourtant pas été facile pour la diplômée de l’École nationale supérieure d’électricité et mécanique (ENSEM) de Casablanca. Dans une société marocaine très conservatrice, Zainab Fasiki n’a trouvé aucun éditeur. Mais son combat étant universel, le travail de la bédéiste commence à être reconnue. Elle prépare en effet une “grande exposition” au musée d’art contemporain de Tetouan, au Nord du Maroc, où elle donnera également des cours aux étudiants de l’Ecole des Beaux-Arts de la même ville.

Guy Sandy

gsandy@wihianews.com

About The Author

Guy Sandy

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This