Select Page

cameroun : stéphanie djomo a été liberée.

cameroun : stéphanie djomo a été liberée.

CAMEROUN : STÉPHANIE DJOMO A ÉTÉ LIBERÉE.

L’annonce a été faite par le Secrétaire Exécutif de l’ONG Mandela Center International (MCI), Jean Claude Fogno.

La nommée Stéphanie Djomo, mise en détention provisoire à la Prison Centrale de New Bell à Douala depuis le 08 novembre 2020, serait libre. En effet, une note d’information de M. Jean Claude Fogno, Secrétaire Exécutif de l’ONG Mandela Center International (MCI), précise qu’elle a été libérée “après sa convocation ce mercredi au Cabinet du juge d’instruction, pour son audition à fond dans le cadre de cette procédure judiciaire pénale ouverte contre elle au tribunal militaire de Douala”.

Un soulagement pour celle qui était poursuivie, après avoir fait un témoignage au cours du programme “Paroles de Femmes”, diffusé sur Equinoxe TV, le mardi 3 novembre 2020. Evoquant la mort de ses jumelles dans la crise qui sévit en zone anglophone, elle avait été accusée par le gouvernement d’avoir tenu des propos fictifs.

L’accusation 

SADI“La nommée Djomo Yepmo Victoire Stéphanie, au cours de ladite émission, aura fait montre d’imagination théâtrale, en livrant un récit complètement fictif au sujet des scènes d’horreur et d’atrocité vécues dans les zones de Kumba”, avait dénoncé le Ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi.

Une mise en demeure avait par la suite été servie à cette chaine de télévision, et la dame mise en détention provisoire : “Des investigations menées par les services spécialisés dans le cadre de l’audition de dame Djomo Yepmo Victoire Stéphanie interpellée le 8 novembre 2020 attestent sans le moindre doute qu’il s’agit purement et simplement d’une manœuvre d’instrumentalisation de l’opinion nationale et internationale”, s’était alors justifié le MINCOM.

Poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et défaut de carte d’identité nationale par le  juge d’instruction, des ONG avaient dénoncé cette arrestation et exigeaient sa libération immédiate.

MCIC’est désormais chose faite. Cependant, Jean Claude Fogno ne compte pas s’arrêter :  “Le Ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement, René Emmanuel Sadi, a violé le Code de procédure pénale et encourt pleine répression, prévue à l’article 169 du Code pénal et Mandela Center International se réserve le droit de mettre en mouvement l’action publique à tout moment», a t-il ajouté, dans sa note d’information.

Guy Sandy

gsandy@wihianews.com

 

 

About The Author

WIHIA NEWS

Guy-Romain Sandy is a Journalist and blogger. He has been a press editor for WIHIA NEWS, a subsidiary of MEMA GROUP (WIHIA News, CAD Agency, CAD Aid&CAD Publishing) since 2020 Website: www.wihianews.com www.mema-group.com Email: gsandy@wihianews.com contact@wihianews.com

Leave a reply

Find us on Facebook

Facebook Pagelike Widget

Our Partner

Register To Comment

Share This